• Pour une vraie sécurité grâce à une politique de proximité

    Imprimer
    blog_video_cameras_2010.jpg

    La rentrée va voir rejaillir le débat sur les caméras de surveillance à Carouge. A entendre certains partis, c’est LA solution qui permettra enfin de distinguer les honnêtes citoyens des méchants. On leur porte tellement de vertus que certains pensent même qu’elles permettront de lutter contre les nuisances sonores.

     

     

    En fait, la seule chose qui est sûre, c’est qu’il s’agit d’un système couteux dont l’efficacité est loin d’être démontrée. Utiles pour surveiller des lieux fermés au public, les caméras ne sont pas adaptées aux espaces publics libres d’accès tels que rues et places. De plus, elles créent un faux sentiment de sécurité et sont très intrusives, mettant en péril la sphère privée des habitants.

     

    Il faut au contraire mettre en place une vraie politique sécuritaire de proximité qui lutte efficacement contre les abus perpétrés dans notre cité.

    C’est pourquoi les verts ont déposé ce printemps une motion au Conseil municipal invitant le Conseil administratif à prendre enfin des mesures pour améliorer la situation. Concrètement, nous y demandons de continuer les expériences menées par le service social et de renforcer la présence à pieds des gardiens de l’ordre sur Carouge en procédant immédiatement au recrutement d’agents de police municipale supplémentaires. Nous y proposons également de mettre en place des contrats de quartier et de développer le commerce de proximité et les aménagements urbains afin de favoriser la convivialité. Outre un renforcement du rôle et de la formation des concierges, nous souhaitons voir créés des postes d’ilotiers communaux et développées des campagnes de communication axées sur le respect. Enfin, nous appelons le Conseil administratif à inciter les commerçants carougeois à abandonner toutes les stratégies qui favorisent les abus d’alcool (happy hours, consommations alcoolisées gratuites pour les jeunes filles, etc...).

     

    Seule une telle approche globale visant à ce que les habitants se réapproprient l’espace publique permettra de renforcer durablement la paix sociale à Carouge.

    Lien permanent Catégories : Carouge 3 commentaires
  • NON à la 4ème révision de la loi sur l'assurance-chômage

    Imprimer
    blog_chomage photo_verts_2010.jpg

    Tout comme mon parti, je rejetterai le 26 septembre prochain cette 4ème révision qui est non seulement inadaptée mais injuste et antisociale. Car sous couvert de pragmatisme, cette proposition va précariser tout une partie de la population et particulièrement les jeunes en début de vie professionnelle et les femmes.

    Alors même que le Conseil fédéral n’a rien entrepris pour limiter les excès des institutions financières et continue de privilégier les plus hauts revenus grâce à une fiscalité de moins en moins redistributive, il propose maintenant de punir les victimes de la crise économique.

    On ne peut pas admettre des mesures de réduction du déficit qui nieraient les principes de la solidarité sociale, touchant les personnes les plus fragilisées sans toucher aux plus hauts revenus.

    Alors même que la confédération boucle chaque année ses comptes avec des bénéfices, cette proposition n’aura comme conséquence que de pousser plus de personnes dans la précarité et de reporter sur l’aide sociale le soutien à nos jeunes. C’est donc finalement les cantons, les communes et les familles qui financeront ce que Berne souhaite économiser.

    Lien permanent Catégories : Votations 3 commentaires
  • pénurie de parkings à Carouge ?

    Imprimer
    blog_parking.jpg

    Certains commerçants Carougeois (et non pas tous les commerçants), lancent une initiative populaire visant à contraindre les autorités à compenser chaque place de parking perdue en surface par une place en sous-sol.

    Si le concept peut au premier abord sembler pragmatique, il comporte le risque d'inscrire dans le marbre un principe dont la pertinence n'est en rien démontrée.

    En effet, avant d'affirmer la nécessité de compenser les espaces enlevés en surface, il eut été préférable d'attendre le retour du recensement de toutes les places de parking (privées et publiques) existantes sur le territoire Carougeois. Cette étude, demandée par les verts et votée ce printemps par le Conseil municipal de la ville de Carouge, est actuellement en cours.

    Et si, au terme de cette étude, une pénurie devait être confirmée, je proposerai d'abord d'appliquer d'autres mesures bien plus simples et  moins coûteuses qui permettront de libérer des places de parking pour la population et les commerçants. Pensez simplement à l'instauration du système de macarons qui favorise les habitants et évite le dépôt de "voitures dormantes" dans les zones blanches illimitées ou encore à l'implantation de parcomètres autour des commerces permettant cette fois de répondre aux besoins des clients. D'autre part, sachant qu'un certain nombre de places de parking privées ne sont pas ou peu utilisées, la ville de Carouge pourrait aussi entrer en discussion avec les propriétaires et locataires afin d'en optimiser l'utilisation. C'est seulement au terme de ces démarches que l'on saura avec certitude combien de places de parkings supprimées en surface nécessitent d’être compensées en sous-sol. 

    Il faut quand-même se rappeler que construire des parkings souterrains pour voitures non seulement coûte très cher mais occupe de l'espace public. Et surtout, alors même que toutes les politiques actuelles cherchent à promouvoir des alternatives à la voiture et que le Vieux Carouge bénéficie d'un accès privilégié aux transports publics, il serait regrettable que l'on construise des parkings pour voitures qui sont connus pour avoir un effet "aspirateur". Rendant l'accès aux commerces plus aisé en voiture, l'incitation à se déplacer en transports publics pourrait être réduite à néant. 

     

    Lien permanent Catégories : Carouge 1 commentaire
  • Des logements abordables, vite !

    Imprimer

    brique-terre-cuite.jpg

    Dans la moiteur de l’été, on en vient à oublier une des préoccupations majeures des habitants : le manque de logements abordables.  

     

    La ville de Carouge, qui brille par un taux de vacance en-dessous de la moyenne cantonale, ne possède que peu de terrains sur son territoire. Elle ne peut donc agir que très marginalement sur ce marché actuellement aux mains de quelques promoteurs sans scrupules. Et pourtant, elle aurait les moyens aujourd’hui d’être beaucoup plus active.

     

    C’est pourquoi, au lieu d’envisager une baisse de la taxe professionnelle, qui ne bénéficierait principalement qu'à deux ou trois multinationales, le conseil administratif ferait mieux de chercher à acquérir des terrains et des immeubles sur le territoire de la commune. Ces terrains pourraient ensuite être mis à disposition de coopératives d’habitation ou des fondations communales (par exemple HLM) qui assureraient la construction et la gestion sur la durée de ce parc immobilier à loyers bas ou modérés.

     

    Cette approche aurait le double avantage d’offrir à la ville de Carouge une plus grande maîtrise de son territoire tout en agissant très rapidement et concrètement pour atténuer la crise du logement qui touche très durement la population.

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Carouge 3 commentaires