• La taxe professionnelle : un impôt juste

    Imprimer

    taxe professionnelle.jpg

    Jeudi dernier, j'ai pu assister à une excellente table ronde où Sandrine Salerno présentait les efforts entrepris par la Ville de Genève pour rendre plus éthiques ses opérations financières.

    Au terme du débat co-organisé par Ethos, Monsieur Yvan Pictet, ancien CEO de la banque du même nom, interpellait les intervenants sur leurs prises de positions en arguant que « les institutions financières participent pour au moins 2/3 des recettes de la taxe professionnelle à Genève ».

    Monsieur Pictet je vous remercie pour cette information des plus utiles qui confirme que la taxe professionnelle, même si elle n'est pas parfaite, est un impôt juste. Il touche prioritairement un secteur qui est connu pour payer relativement peu d'impôts sur ses revenus, ceux sur le capital étant très peu taxés.

    Dès lors vouloir faire croire à la population que la suppression de cette taxe profitera aux indépendants, aux PME ou encore à l'ensemble de la population est un mensonge.

     

    Lien permanent Catégories : Carouge 8 commentaires
  • A force de crier au loup…

    Imprimer

     

    blog_garçon_loup.jpg

    C'est devenu une habitude. A chaque séance du Conseil municipal des élus relatent des incidents sécuritaires, réels ou imaginaires. Une simple rumeur dans Carouge et hop, on profite d'une séance publique pour questionner le Conseil administratif. Histoire de bien montrer à la population qu'on est vigilant sur ce sujet hautement sensible.

    Dernière en date, une rumeur sur six individus supposés avoir attaqué la clinique de Carouge la veille. Interpellé par le groupe PDC, le Conseil Administratif n'a pas pu ni confirmer ni infirmer cette information. Il n'avait en effet reçu aucune information sur cet événement.

    Hier soir, dans les coulisses de la salle des commissions, on apprenait le fin mot de l'histoire. En fait, aucune attaque n'avait eu lieu à la Clinique de Carouge. Il s'agissait simplement d'un patient mal luné qui avait du être maitrisé par la police.

    A force de colporter des rumeurs publiquement, certains de mes collègues n'hésitent pas à mettre de l'huile sur le feu en participant à créer un climat délétère. Car entre les vrais incidents sécuritaires et les rumeurs, cela donne de plus en plus l'impression d'une ville de Carouge en état de siège.

    Alors merci à l'avenir de vérifier vos sources avant de les colporter publiquement. Etre responsable c'est aussi ne pas dire n'importe quoi n'importe quand juste parce qu'on est à six mois des élections !!

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Carouge 0 commentaire
  • Pouvoir flâner à travers Carouge…

    Imprimer
    blog réseau vert.jpg

    Les Verts carougeois ont présenté hier une motion rappelant au Conseil administratif les engagements pris…. en 2005 pour la réalisation du réseau Vert afin que les habitants puissent traverser Carouge en toute sécurité.

    C’est en effet  en avril 2005 que la délibération 63C-2004, portée à bout de bras par les Verts, était finalement acceptée très largement par le Conseil municipal de Carouge. Dès lors, l’initiative que plus de 1300 citoyens et citoyennes avait signée pouvait être retirée.

    Pour rappel, cette délibération accordait un crédit de 3,5 mios de francs au Conseil administratif pour réaliser 7 pénétrantes cyclables et piétonnes à travers Carouge. Ces itinéraires devaient être réalisés, autant que possible, à l’abri du trafic. Ils devaient être terminés en sept ans, à raison d’un par année.

    Aujourd’hui, 5 ans et quelques mois après ce vote, force est de constater que le Conseil administratif n’a rien, ou presque rien, entrepris pour mettre en place ces itinéraires.

    Oh, bien sûr, on a marqué au sol de nombreuses bandes cyclables ainsi que des contre-sens qui étaient, il faut  bien le reconnaitre, devenus indispensables. Oui, on a placé ici et là quelques arçons afin de pouvoir attacher les vélos.

    Pourtant, les 7 itinéraires voulus par les initiants n’ont pas grand-chose à voir avec ces réalisations. A titre d’exemples : la piste cyclable sur l’avenue Vibert en direction du centre commercial de la Praille est toujours aussi dangereuse et incompréhensible. Celle sur l’avenue de la Praille est quotidiennement encombrée de voitures, surtout devant les bancomats de l’UBS. Sans parler des routes de Drize, de Troinex ou encore de Pinchat qui représentent de vrais défis, même pour les cyclistes aguerris. Et que dire des piétons qui doivent anticiper toutes les sorties de parking ou de garages sur des trottoirs trop étroits sur lesquels ils n’ont encore trop souvent pas la place de se croiser.

    Cette initiative des verts carougeois demande avant tout que les habitants puissent se déplacer à pied ou à vélo en toute sécurité à Carouge. Y compris pour les parents avec des poussettes !!

    Une majorité du Conseil municipal (alternative et PDC) a donc approuvé hier soir cette motion et donc réaffirmé son souhait de pouvoir bientôt à nouveau flâner dans notre ville… avec l’espoir que, cette fois, le Conseil administratif les entendent.

     

    Lien permanent Catégories : Carouge 3 commentaires
  • Merci Mousa

    Imprimer
    selimi2.jpg

    Quel beau dimanche ! Non seulement le soleil brillait mais nous avons fêté un merveilleux événement. Le happy end de la saga administrative d'une famille carougeoise exemplaire qui a (trop) longtemps du se battre contre une décision injuste.

    Mousa Selimi nous a invités hier à la Brasserie des Tours pour nous remercier de notre soutien. Il aurait aimé partager ce repas avec toutes les carougeoises et les carougeois lui qui, bientôt un mois après avoir reçu son permis B, a encore des larmes aux yeux lorsqu’il évoque l’incroyable soutien reçu de la population. Ne pouvant inviter tous les habitants, il s’est contenté de réunir le comité de soutien créé il y a quelques mois à l’initiative d’Henriette Stebler. Il voulait dire merci à ces femmes et hommes des médias, de la politique mais aussi aux commerçants et aux citoyens qui se sont retrouvés, semaines après semaines, avec un seul objectif : lui rendre justice à lui et à sa famille.

    Et pourtant, hier, nous sommes tous venus, en présence du vice-consul du Kosovo, pour lui dire à lui merci.

    Car grâce à lui, une autre image des Suisses et de Genève a pu être véhiculée. Loin de l’austérité souvent affichée, c’est au contraire une population genevoise pleine de solidarité et capable d’un merveilleux élan de soutien qui s’est profilée, redonnant à beaucoup la fierté d’appartenir à ce canton.

    Et puis, il a montré que le courage, l’honnêteté, l'abnégation, ainsi que l’amour de sa famille et de son pays d’adoption n’étaient pas l’apanage des Suisses d’origine. Que les kosovars, souvent décriés dans les médias, pouvaient au contraire être des individus des plus charmants.

    Enfin, par sa confiance, presque aveugle, en nos institutions, il nous a donné à toutes et à tous une leçon de citoyenneté.

    Merci Mousa

    Lien permanent Catégories : Carouge 1 commentaire
  • La droite décomplexée

    Imprimer
    blog_nucleaire_2010.gif

    A voir l'énergie avec laquelle la droite libérale détruit tout ce qu'il reste de solidaire dans nos sociétés, il y a de quoi s'inquiéter.

    A Berne, ils vident de leur essence les assurances sociales et revoient la fiscalité en faveur des plus nantis. Ils s'arrogent les meilleurs ministères et offrent les réserves genevoises aux assureurs.

    Au Grand conseil, ils votent une amnistie fiscale digne d'une république bananière.

    A Carouge, après que la population ait rejeté les cadeaux fiscaux proposés, ils nous ont plombé le ciel de caméras.

    Et à la constituante, après l'abrogation de l'article sur l'égalité homme femme ou celui sur le droit au logement, c'est l'interdiction du nucléaire que les libéraux et leurs amis de Genève avance veulent rayer de la constitution.

    Car dans leur conception on ne peut plus réduite de la société, l'Etat n'a qu'une fonction : garantir l'efficacité et la sécurité des marchés, dans le sens de permettre l'accumulation et la conservation de richesses par et pour certains. Dès lors, la constitution qui est la base de notre démocratie n'a pas besoin de s'embarrasser de fioritures. L'éthique et les valeurs, surtout si elles visent à garantir la solidarité ou le respect de l'environnement, n'ont pas leur place dans ce document.

    On ne peut que déplorer que les différents partis et groupements de droite leur emboitent une fois de plus aveuglément le pas.

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Genève 1 commentaire