• Les Verts sont plus que jamais nécessaires

    Imprimer

     

    verts,droite,parlement,environnement

    Depuis quelques années il est de bon ton de prétendre que les Verts n’ont plus d’utilité, les autres partis ayant intégré les concepts de développement durable dans leurs programmes.

    La réalité est malheureusement bien différente.

    Il y a d’abord de multiples raisons de voter écolo, en lien avec nos positions sociales et économiques que nous partageons en grande partie avec nos collègues de l’Alternative.

    Lorsque l’on voit les prises de position de la majorité de droite au Grand Conseil et au parlement fédéral, du PDC à l’UDC, on réalise vite que les nécessaires réformes du système économique ne viendront pas d’elle.

    Leurs oppositions acharnées à l’initiative Minder, au soutien par les plus fortunés à l’assurance chômage, à l’instauration d’un salaire minimum digne ou encore leur détermination à réduire comme peau de chagrin la solidarité fiscale en sont les dernières éclatantes démonstrations.

    Quant aux réformes sociétales telles que par exemple l’égalité hommes-femmes,  la reconnaissance du mariage gay ou encore la dépénalisation de certaines drogues, elles sont malheureusement toujours bloquées par les mêmes qui s’autoproclament défenseurs des libertés individuelles!!


    Dans le domaine de la protection de l’environnement et en dépit de réels progrès effectués dans le verbe, les engagements concrets restent proches du néant.

    Si après l’accident de Fukushima les partis ont tous intégré, par opportunisme, la sortie du nucléaire dans leurs programmes, ils n’hésitent déjà plus, moins de deux ans après, à remettre en question cette décision.

    Sous la pression du lobby nucléaire, le PLR et ses alliés rechignent désormais à honorer leur promesse. Même Doris Leuthard se refuse à fixer une date de sortie.

    Il en va de même pour les OGM. Sous la pression de grands groupes agroalimentaires, la droite parlementaire exige désormais de ne pas reconduire le moratoire au-delà de 2017, ouvrant la porte de notre agriculture à cette technologie des plus hasardeuses. Alors même que cela ne répond ni à une demande de nos paysans ni à un besoin pour les consommateurs.

    On pourrait encore citer l’opposition systématique de ces partis à la mobilité douce et aux transports publics depuis des décennies qui a amené Genève à être aujourd’hui la ville la plus motorisée de Suisse. Le blocage des zones piétonnes ou du projet de Vélibs en sont les derniers exemples.

     

    Alors en cette période de forte urbanisation portée par une croissance démographique et une pression opportuniste de certains lobbys, il est plus que jamais nécessaire de soutenir notre parti qui n’a eu de cesse, depuis 30 ans, de rappeler que la qualité de vie doit être au cœur de nos politiques.

     

     

    Lien permanent Catégories : Genève, Votations 4 commentaires