• Pour une réhabilitation de notre lac

    Imprimer

    Traversée du lac (ou de la rade). Tout tourne autour de cet objet devenu quasi-culte pour certains au point de le hausser au rang de Graal, clé de notre bonheur perpétuel.

    Eh oui,  hormis la construction de nouvelles prisons, notre canton n’a aujourd’hui plus qu’un seul objectif : pouvoir se déplacer en voiture partout et  rapidement. Même le lac, jadis fleuron de notre canton, ne représente désormais plus qu’un obstacle à sa traversée

    Et pourtant ce lac reste un grand espace de liberté et de loisirs pour nos habitants au bord duquel il pourrait être si agréable de vivre et de déambuler.

    Mais pour cela, encore faudrait-il penser l’aménagement en plaçant le lac et ses rives au centre de notre ville. Non pas comme lieu de passage à tous les trafics mais bien comme cœur d’une ville vivante et moderne dont le succès tient plus à la qualité de vie offerte à ses habitants qu’à ses voies de circulation.

    C’est d’ailleurs ce qu’ont bien compris la plupart des villes dans le reste du monde qui réhabilitent à tour de bras leurs rives et ce pour le plus grand bonheur des habitants et visiteurs.

    Mais à Genève, comme le rappelle aujourd’hui la TdG, les rives du lac sont en majorité « squattées » par des propriétaires privés (et publics !) en contradiction avec notre constitution.

    Le citoyen lambda qui souhaite s’évader de la ville ne peut toujours pas se balader sans risques au-delà du jardin botanique. Et pour cause, les piétons et cyclistes continuent de se partager une mince bande pour laisser la place aux voitures et leurs cinq voies de circulation (dont une rangée de parkings).

    Je pense comme de nombreux genevois que la traversée de la rade non seulement coûtera très cher et ne résoudra rien mais pourrait accroître encore un peu plus les problèmes de mobilité à Genève. Pire, cette traversée  qui n’est accompagnée d’aucun projet concret en matière de réaménagement des rives, risque de défigurer à tout jamais le cœur de notre cité.

    C’est pourquoi je suis convaincu que pour sortir du blocage dans lequel nous nous trouvons, il faut non seulement refuser cet objet mais aussi concevoir un aménagement enthousiasmant  pour Genève incluant une réhabilitation du cœur de notre canton et l’accessibilité de ses rives pour les piétons. Seul un tel projet aura le potentiel de rassembler largement autour de lui la population et les groupes politiques, même si cela implique la fermeture de certains axes et le détournement du trafic sur de nouvelles voies de circulation.

    Car si la mobilité est importante, la qualité de vie des habitants et l’attractivité touristique de Genève le sont encore plus. Ne les négligeons pas !

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Genève, Votations 12 commentaires