• Une cabale indigne de Carouge

    Imprimer

    Chère Jeannine,

    Tu fais l’objet depuis une semaine d’une « chasse à la femme » indigne de notre ville. Les réseaux sociaux et médias, avides d’articles racoleurs, se sont enflammés pour cette non-histoire. Ton nom ainsi que celui de ton mari ont été trainés dans la boue. C’est honteux !

    Tu as aujourd’hui pris la décision de renoncer à un appartement que tu t’étais pourtant vu légitimement attribuer. Mais lorsqu’il y a cabale, la justice n’a plus sa place.

    Peu importe par exemple que parmi tes détracteurs, dont les visées politiques sont à peine voilées, nombreux soient ceux qui occupent des appartements loués auprès d’une fondation carougeoise ou de la caisse de pension de la ville. Et si ce n’est pas eux qui les occupent, ce sont leurs filles ou fils qui ont pu bénéficier de ce critère de « lien fort avec Carouge » qui est, on le sait depuis longtemps, déterminant. Peu importe non plus que ce critère, que nos deux formations politiques n’ont jamais vraiment soutenu, ait toujours été défendu becs et ongles par ceux-là mêmes qui aujourd’hui te conspuent.

    Tu as su, malgré ces attaques insensées et injustes, faire la part des choses et garder à l’esprit ton engagement pour notre ville. Puisse ta décision de renoncer à cet appartement apaiser les esprits et ramener un peu de sérénité à Carouge.

    Malheureusement rien n’est moins sûr, les loups n’étant jamais vraiment rassasiés. Ceux-là mêmes qui, de façon répétée, ternissent les institutions et l’image de notre belle ville de Carouge. Ceux-là mêmes qui n’hésitent pas à mentir, trahir et salir tout ce qu’ils touchent. Ceux-là mêmes qui réduisent la vie politique et les enjeux d’une ville de 21'000 habitants à des faits divers qu’ils montent en épingle pour se faire mousser. Ceux-là mêmes qui n’ont tellement pas de vision, tellement pas de convictions, tellement pas d’idées, d’arguments et d’éthique qu’ils ne peuvent concevoir la vie politique que comme un champ de boue où tous les coups sont permis.

    Il va sans dire que si Carouge n’avait pu compter que sur les traîtres, les menteurs et les enragés qui passent leur temps à déverser leur fiel sur leurs blogs et réseaux sociaux, elle n’aurait jamais bénéficié du rayonnement et de la qualité de vie qu’on lui connait aujourd’hui.

    Oui Jeannine, dis-toi que si Carouge compte aujourd’hui un magnifique centre historique, des crèches, des théâtres, un stade de foot et de nombreuses entreprises de qualité, c’est que depuis des siècles des gens visionnaires, engagés et talentueux, un peu à ton image, ont su donner toute leur énergie pour notre ville.

    Je suis fier de partager avec toi cette législature et tant pis pour les malhonnêtes et les grincheux !

    Lien permanent Catégories : Carouge, Humeur 31 commentaires
  • Mobilité: Au Conseil d’Etat de tenir parole et d’agir !

    Imprimer

     

    Blog_mobilité_novembre2014.JPG

    Il y a encore deux mois, personne n’aurait pu imaginer un tel résultat pour un sondage traitant de la mobilité. La campagne pour la traversée de la rade battait son plein et pas un jour ne passait sans une attaque ciblée contre la mobilité douce et les TPG responsables selon leurs détracteurs de tous les maux.

    Mais le peuple genevois a ceci de bien qu’il sait remettre à leur place ceux qui s’octroient un peu trop de libertés en son nom.

    C’est ce qui est arrivé, depuis cet été, au lobby pro-voitures qui pensait jusque-là être légitimé pour définir unilatéralement les priorités pour Genève.

    Ainsi, après avoir renvoyé à leurs études les défenseurs de la traversée de la rade, les genevois ont délivré à notre Conseil d’Etat une vision claire et sans équivoque de leurs priorités en matière de mobilité à Genève.

    Les sondés demandent en premier lieu que l’amélioration des transports publics soit une priorité sur tout le territoire du canton et non pas uniquement dans l’hypercentre. Ils sont 57% à le demander en périphérie, rejoignant en cela l’initiative des Verts déposée en 2013 et sur laquelle les citoyens devraient être prochainement appelés à se prononcer.

    Dans l’hypercentre et le centre, pour respectivement 90 % et 80 % des sondés, les Transports publics et la mobilité douce doivent se partager la priorité. Ce résultat traduit une demande d’actions concrètes visant à sortir le trafic de transit et pendulaire du centre et tout particulièrement des quartiers d’habitation. C’est aussi l’expression du ras-le-bol des habitants face au manque d’engagement du gouvernement cantonal dès lors que l’on parle d’aménagements pour piétons et cyclistes.   

    En résumé, les sondés demandent que soit instaurée à Genève une politique courageuse et visionnaire de la mobilité, seule capable d’offrir à nos habitants la qualité de vie qu’ils méritent.

    Le Conseiller d’Etat en charge du département des transports s’est engagé à de nombreuses reprises à respecter les résultats de ce sondage et à s’en inspirer largement pour définir sa politique. J’espère vraiment qu’il saura tenir parole et appliquer courageusement, sur tout le territoire cantonal, les orientations claires et sans équivoque données par les genevois !