Des logements abordables, vite !

Imprimer

brique-terre-cuite.jpg

Dans la moiteur de l’été, on en vient à oublier une des préoccupations majeures des habitants : le manque de logements abordables.  

 

La ville de Carouge, qui brille par un taux de vacance en-dessous de la moyenne cantonale, ne possède que peu de terrains sur son territoire. Elle ne peut donc agir que très marginalement sur ce marché actuellement aux mains de quelques promoteurs sans scrupules. Et pourtant, elle aurait les moyens aujourd’hui d’être beaucoup plus active.

 

C’est pourquoi, au lieu d’envisager une baisse de la taxe professionnelle, qui ne bénéficierait principalement qu'à deux ou trois multinationales, le conseil administratif ferait mieux de chercher à acquérir des terrains et des immeubles sur le territoire de la commune. Ces terrains pourraient ensuite être mis à disposition de coopératives d’habitation ou des fondations communales (par exemple HLM) qui assureraient la construction et la gestion sur la durée de ce parc immobilier à loyers bas ou modérés.

 

Cette approche aurait le double avantage d’offrir à la ville de Carouge une plus grande maîtrise de son territoire tout en agissant très rapidement et concrètement pour atténuer la crise du logement qui touche très durement la population.

 

 

 

Lien permanent Catégories : Carouge 3 commentaires

Commentaires

  • C'est sûr que les entités publiques doivent maintenant agir pour soustraire un maximum de terrain à la spéculation foncière privée pour les donner en gestion à des associations à but non lucratif (coopérative immobilières).

  • J'ai cru comprendre que la municipalite de Carouge s'etait opposee a un projet de construction de logements minergie a proximite du rondeau de Carouge. Les personnes qui ne pourront pas se loger dans ces logements - comme ceux que les Verts refusent de loger aux Cherpines en s'opposant au projet du Conseil d'Etat - seront contraints d'aller vivre dans le Genevois francais. Ils devront alors venir en voiture a Carouge... mais il y a de moins en moins de parking. Le cercle vicieux s'aggrave et le piege se referme sur Geneve : penurie croissante de logements, exil de la jeunesse dans le Genevois francais, embouteillages monstres !

    Cordialement,

    Antoine Vielliard

  • Bonjour,

    Il n'y a à ma connaissance pas d'opposition du Conseil municipal de Carouge à un projet de logements minergie proche du Rondeau. Si un préavis négatif a été délivré, c'est peut-être le seul fait du Conseil administratif. De mon coté, au contraire, je soutien des projets qui permettent de densifier en hauteur la zone sud du Rondeau tout en préservant ce poumon de verdure qu'est Pinchat.

    Quant aux Cherpines, les verts ne s'opposent pas aux logements mais bien à un projet "mégalo" visant, sous prétexte de construire des logements, à installer un centre sportif surdimmentionné ainsi qu'un grand nombre de bureaux sur des terrains agricoles très fertiles.

    Afin d'obtenir une majorité, il faudrait peut-être que les projets immobiliers gagnent en modestie et surtout se concentrent sur les vrais besoins, soit la construction de logements. Car si pour chaque immeuble de logements construit on nous rajoute deux blocs de bureaux, la crise du logement n'est pas prête de se terminer.

    Excellente journée à vous
    Nicolas Walder

Les commentaires sont fermés.