société

  • Le jeune devenu bouc émissaire

    Imprimer
    blog_jeunesb.jpg

    Quoi qu'ils fassent, les jeunes se retrouvent trop souvent accusés de tous les maux dans nos sociétés.

    Des jeunes qui rient à l'arrêt de tram, qui courent pour rejoindre leurs amis, qui fument une cigarette sur une terrasse, qui roulent ensemble à vélo ou tout simplement qui discutent assis au pied d'un immeuble, et voici qu'on signe une pétition pour les faire partir. Jusqu'à 12 ans, ça va mais dès qu'ils entrent dans la puberté, on ne les supporte plus. La société n'a plus de place pour eux.

    Oui le jeune doit s'épanouir, mais en silence. S'il a besoin de se défouler: le sport. Celui qui est un peu rêveur: un cours de musique ou... le sport, ça l'aidera à se concentrer. Mais surtout, pas de bruit, pas de rires, surtout au-delà d'une certaine heure. S'ils veulent draguer, très bien mais en silence et surtout qu'ils se cachent. Voir deux êtres amoureux et heureux est très désagréable pour nombre d'adultes. Et pour ceux qui font leur crise d'adolescence, qu'on les envoie à l'étranger !

    Ah, la société serait tellement paisible sans ces jeunes. Terminées les incivilités, l'insécurité, la criminalité.

    Pourtant, même s'il est vrai que leurs comportements parfois extravagants peuvent causer des inconforts, il est utile de se rappeler que les jeunes ne sont responsables ni des guerres, ni des famines, encore moins de la destruction de l'environnement. Les auteurs de meurtres, d’actes pédophiles ou d’accidents routiers sont rarement mineurs. Enfin la crise du logement, le chômage et les bouchons ont été créés par les générations plus « calmes » qui les ont précédés.

    Alors s'il vous plait, avant de clouer au pilori la jeunesse, rappelez-vous que c'est elle qui devra porter notre société vers l'avenir. On ferait mieux de l'encourager, elle en aura bien besoin !!

     

    Lien permanent Catégories : Carouge 12 commentaires